Devenez un référenceur messianique ! (E-reputation)

{lang: 'fr'}

Laurent Bourrelly a déjà parlé à plusieurs reprises de la notion de PersonRank où comment votre activité sur le net (Blogs, Forums, Réseaux sociaux) influence globalement votre portée et votre autorité.
Pour parler en langage de rue, comment peser lourd et influencer son SEO grâce à son e-réputation?

Voici quelques pistes sur comment un moteur de recherche peut détecter la pertinence d’une personne sur une thématique donnée, son l’autorité et utiliser une échelle à partir de laquelle passer le jus des liens de ses partages sociaux, ou non. Voyons cela de plus près.

Quels facteurs les moteurs de recherche sont-ils susceptibles d’utiliser ?

Il y a deux concepts que je tiens à vous présenter.

TrustRank thématique (Topical TrustRank)

Le premier concept, je pense que vous devriez être familier avec, c’est le « TrustRank thématique ».

Le TrustRank original fut d’abord mentionné dans un brevet de Yahoo à partir de 2004. À l’époque, il semblait sous-développé, car il reposait sur les sites eux-mêmes pour se donner une étiquette. Et pire que sous-développé, il était ouvert au spam, de facto il s’appuyait sur les sites Web pour se taguer eux-mêmes (un peu comme la balise meta keywords de la fin des années 90, coucou Altavista). Le brevet a été amélioré en 2009 comme un moyen de classer les sites en fonction des notes données par des internautes (Google TrustRank).

Comme le TrustRank était fortement biaisé en faveur des grandes communautés qui pouvaient faire plus de pages de spam, le TrustRank thématique a été introduit en 2006; visant à instaurer une autorité basée sur la pertinence des sites interconnectés (et je dirais aujourd’hui, la pertinence thématique de ceux qui partagent des liens via les réseaux sociaux).

Author Rank ou autorité d’un auteur

Selon une source de Yahoo, «… (Le) « Author Rank » est une mesure de l’expertise de l’auteur dans une spécialité donnée. »

A savoir que si vous parlez régulièrement de cuisine à travers vos sites et interactions sur les réseaux sociaux, cela ne vous aidera en rien si vous lancez un site de bourse.

D’où l’intérêt de se spécialiser et pour agrandir son panel de sites, essayer de garder une même thématique globale.

Puisque c’est relativement vague, voici quelques facteurs que les moteurs de recherche pourraient utiliser pour déterminer si vous êtes une sommité dans votre domaine:

  • Le nombre de messages pertinents / non pertinents publiés (de la quantité!);
  • La qualité de tous les documents initiés par l’auteur;
  • Nombre total de documents postés par l’auteur dans un certain laps de temps (de la régularité!);
  • Nombre total de réponses ou commentaires formulés par l’auteur, et,
    le nombre de groupes en ligne dont l’auteur est membre. D’où l’importance d’un personal branding fort en utilisant le plus souvent possible vos vrais nom et prénom.

Nous pouvons prendre ces critères et les transposer aux résaux sociaux également. Si ils sont à la base du calcul du classement de l’auteur pour le contenu provenant du Web, pourquoi ne seraient-ils pas aussi utilisés pour déterminer le rang de l’auteur « socialement »?

Voici quelques questions de plus qu’un moteur de recherche peut se poser au sujet d’un auteur/internaute :

  • Contribue-il à quelque chose de nouveau, utile, intéressant? (Ou fait-il le 15 245 ème article sur panda?)
  • Tweete-t-il de nouveaux articles, ou abuse-t-il du recyclage de vieux articles? partage-t-il les articles d’un seul site, ou des articles à partir d’un certain nombre de sites différents? Quel est son degré d’engagement / CTR?
  • Participe-t-il à des conversations significatives avec les autres? (Ou raconte-t-il ce qu’il a mangé à midi?)
  • Répond-il à d’autres par des réponses (@ sur twitter) ou autres (DMs. peut-être?)? Sur quels sujets?
  • Est-il en interaction avec de nouveaux internautes régulièrement, ou répond-il toujours aux mêmes utilisateurs? (Tu sors de ta bulle des fois?)

Voilà des points à creuser quand vous veillez ou bossez.

Comme un site a de bien meilleures chances de ranker si il parle du même sujet en profondeur, plutôt que d’être une ratatouille à la façon des sites de communiqués de presse. (A noter tout de même l’apparition de sites de communiqués spécialisés, hourra!)

Il vous faut vous concentrer sur un domaine particulier afin d’apparaître comme un expert en la matière vis-à-vis des moteurs. L’habit fait le moine souvent quoi qu’on en dise, sur la toile aussi bien qu’à un entretien d’embauche!


EDIT du 6 mars 2012 : Un article de SeoByTheSea que je viens de lire qui évoque en profondeur la notion de « trusted agent » !
Article librement inspiré de Dohertyjf (SeoMoz)

Webmaster pro,vivre, et bien, de l’édition de ses sites exclusivement de 1999 à 2012. Consultant et référenceur Senior depuis 2012 après un passage en tant que Chef de Projet SEO en agence (Kelcible.fr) à Angers où j’ai pris la suite de maître Robineau.

Pour le cursus scolaire, j’ai un Bac S spé Maths(1999), un DUT informatique obtenu à l’I.U.T info de La Rochelle(1999-2001), et une Licence de Psychologie obtenue à l’UFR Sciences Humaines de Angers(2008-2011).

Me demandez pas le rapport entre les deux, si ce n’est votre serviteur qui incarne aussi l’Amour entre Tiercé (49125, France) et Abomey-Calavi (Bénin), Yes vise le grand écart ontologique !

Pour le CV amoureux, vous trouverez facilement mon 06!

Twitter Skype 

{lang: 'fr'}

Comments ( 19 )

  • Ethno Urban @ Agence web Paris says:

    Ton article cible bien tout les paramètres du personal branding côté moteur de recherche. Il faut également trouver un juste milieu vis à vis des gens.
    Si je me fais une méga promo sur une thématique sans montrer et démontrer aux autres que je gère dans le milieu pourra réduire la crédibilité de mon action à néant.
    Chacun doit y aller à un rythme « crédible » car le personal branding est en haut de l’échelle des besoins et se fait qu’en rapport à la communauté humaine(également).
    Il faut être cool, savoir partager, être sincère…

    • Samuel Hounkpe says:

      Tout à fait, je parle surtout de plaire aux moteurs, mais cela passe également par une forte interaction et il sera dur de générer des discussions enflammées si on ne sait pas réellement de quoi on parle, à part avec un bon trolling à la Borztmeyer, mais c’est éphémère.

      Et tu as raison de parler de rythme, exactement comme en référencement, qui va molo va sano, je vois beaucoup d’étoiles filantes passer dans la sphère SEO et disparaître. On est ici dans une course de fond, pas un sprint! ;)

  • vince@bmkz says:

    Depuis l’article de Resoneo sur le sujet, je suis à fond sur les tests concernant ma propre personne et le SEO, domaine dans lequel j’interveins à différents niveaux (blog (le mien) et blogs (le tien…), Twitter…) et donc je suis de près ce que l’on peut en dire. Tout cela pour te dire que nous partageons le mm avis sur la question + tu m’en apprends (à la LaurentB) sur le sujet ! Merci donc et bientôt on partage (les résultats des tests) !

  • Shelko@coach cv says:

    Je pense que dans ce domaine contrairement au seo classique, il est très compliqué de tricher. Il n’y a pas de plugin ou de soft exceptionnel pour vous créer une super réputation.
    Il faut créer des liens (affectifs) avec les personnes visées par la connaissance du domaine, les idées etc… Et les réactions arriveront naturellement, niveau visiteur et GG.

  • vince@CP says:

    @Sam : de nada !! c’est une de mes nouvelles références en matière de SEO !

  • CWM Consulting@communication web says:

    Ca y est, le lien entre personnal branding (du côté du Tustrank) et résultats SEO est officiellement fait ! ;-)
    Plus sérieusement, merci Samuel de soutenir la e-reputation comme une manière de favoriser le SEO ! Donc bossez vottre reputation !

  • Pierre@Cable Hdmi says:

    Très bon article qui met en lumière les concepts de Trust Rank et Author Rank. Ce qui est agréable avec ces deux notions c’est qu’elles réconcilient à la fois la notion de SEO et de qualité pour le lecteur. Un auteur spécialisé, qui écrit de manière constante des articles de qualité se verra récompensé.

  • Marco@agence webmarketing says:

    On retombe finalement sur la base du référencement, car des liens hypertexte ne sont finalement que des votes pour un site; la le fonctionnement est très similaire, ce sont juste les outils qui changent (réseaux sociaux, blogs, mailing list …).

    En ce sens, je pense que le nom d’un site peut être traité par Google de la même manière qu’un nom d’une personne, mais la je me trompe peut être ;)

  • Le juge@SEO Houston says:

    Arf si j’en crois ton article je fais a la fois de bonnes et de mauvaise choses… a la fois je postes de bons articles et a la fois je relaye de vieux articles, je parle de truc hyper spécialisés mais je peux aussi twitter sur la pluie, ;e beau temps le dernier episode de Dexter… il faudrait que je me concentre un peu ou que j’ai plusieurs comptes avec plusieurs pseudos selon le sujet abordé ;)

  • Ramzi@location voiture Tunisie says:

    Et toujours avec un petit cadeau linking dans l’article. Merci

  • Aurelien says:

    Hello,

    Fais tu une distinction « auteur » / « site » ?

    • Samuel Hounkpe says:

      Oui bien sûr, c’est ce dont je parle dans l’article, l’autorité d’une personne/entité de manière transversale, sur tous les sites/réseaux où elle peut intervenir.

  • M.Robert says:

    En tout cas dans le domaine ce n’est pas toujours ceux qui ont un bon « persorank » qui rank véritablement avec leurs sites/projets/clients :)

    Rob

  • Hortense - Redac'web says:

    Bonjour ;)
    Je suis à peu près d’accord avec tout ce qui a été dit dans l’article. Ce qui m’intéresse plus précisément, c’est cet espoir de voir un jour le référencement naturel prendre une dimension QUALITATIVE. Par contre, ce qui m’embête, c’est que, comme M’sieur Le Juge, je parles de plusieurs aspects de mon métier sur le web (d’un côté le droit des nouvelles technologies, de l’autre la rédaction de contenus web et le webmarketing en général) et je crains que Google n’y comprenne plus rien… A voir si/quand nous aurons une vision plus claire de ce que Google prend en compte ou non !
    Merci pour cet article !

  • benjamin@création sites internet says:

    Comment plaire au moteur? C’est simple, essayer de produire quelques choses qui nous appartiennent et essayer dêtre un Guru sur son secteur d’activité. Mais malheureusement que le SEO croit tout savoir et parle de tout. ça dépend juste de la thématique du site de son client. ;)

  • Viviane@Gestion e-réputation says:

    Il est vrai que rester dans son domaine de prédilection permet de gagner des points en notoriété et de se voir considérer dans le long terme comme un expert reconnu. Et pour y arriver le contenu aide beaucoup que ce soit via les moyens standards de référencement ou sur les réseaux sociaux mais une bonne gestion e-réputation doit rimer avec qualité afin de plaire aux moteurs et à vos communautés données.

  • LaurentB says:

    L’exemple que je répète tout le temps est :
    Je publie un billet sur le Tibet et que dois privilégier ?
    2500 commentaires par des internautes lambda ou 1 commentaire par le Dalaï-lama ?
    Ben je dirais que celui du Dalaï-lama m’intéresse plus; à condition que je puisse identifier et quantifier son degré d’autorité.

The comments are now closed.